• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robin Guilloux

Robin Guilloux

Je suis professeur de Lettres.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/10/2011
  • Modérateur depuis le 17/09/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 122 135 3390
1 mois 11 44 289
5 jours 4 24 139
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 2 2 0
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 février 22:03

    @Luc-Laurent Salvador


    Il n’est pas question de « lynchage ». Philippe Meirieu n’est pas une victime, c’est quelqu’un qui a très bien su mener sa barque et un idéologue qui s’est fait bien voir du pouvoir en place dans les années 89 qui ont été des années décisives dans l’histoire récente de l’Ecole.
    Comme l’a fait remarquer quelqu’un ici, il n’a aucun diplôme d’enseignement( ni le CAPES ni l’AGREGATION), mais il a un titre de docteur en sciences de l’Education qui ne veut strictement rien dire (l’éducation n’est pas une science). Il est même possible qu’il ait obtenu par copinage politique une agrégation « au tour extérieur » (en clair on lui donné un diplôme qu’il n’a pas passé, une pratique courante dans l’Education nationale qui explique la tendance à minorer les savoirs)
    Philippe Meirieu joue maintenant les vierges effarouchées, mais il a eu une énorme influence dans les années 90 et ses entrées au MEN, du temps de Lionel Jospin. Il est l’un des inspirateurs de la Loi d’Orientation de 89. 
    Meirieu se fait passer pour une victime, mais les véritables victimes,ce sont ses collègues envers lesquels il n’avait pas de mots assez durs : ils font trébucher les élèves, ils sont réactionnaires, ils refusent de travailler en équipe, ils ne connaissent pas la psychologie des « apprenants », ils refusent d’appliquer mes idées... et plus grave les élèves eux-mêmes. 
    Je suis bien d’accord pour dire que Meirieu n’est pas le seul responsable, mais j’aimerais qu’on ait le courage de faire le bilan et de regarder en face de la situation actuelle de l’Ecole de la République : 30% d’élèves qui entrent en 6ème sans savoir lire et écrire correctement, un Bac dont les employeurs savent qu’il n’a plus aucune valeur sans parler du Brevet des collèges, des étudiants qui arrivent dans le supérieur sans maîtriser les bases de la langue française. Je ne parle pas du foutoir permanent et des enseignants pris en tenaille entre les parents, les élèves et l’administration. Ce sont eux les véritables « boucs émissaires », pas Philippe Meirieu.
    Je parle de ce que je connais (l’enseignement du Français), mais les collègues de maths font un constat analogue de leur côté. 
    Je dis simplement que l’idéologie de l’élève au centre, plutôt que les savoirs et les savoirs faire, le constructivisme, le laxisme généralisé, la suppression, année après année, aussi bien sous la Gauche que sous la droite (mais il faut reconnaître que dans le domaine de la démolition la Gauche l’emporte haut la main), de tous les garde fous (orientation après la 5ème, CPPN, 4ème et 3ème technologiques, redoublements...) a abouti à une situation catastrophique et probablement irréversible. Philippe Meirieu a joué un rôle de caution idéologique dans toute cette affaire et il porte une part de responsabilité.



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 février 21:08

    @JC_Lavau


    Je me méfie un peu de la notion de « compétence », mais je suis d’accord pour ajouter les savoir-faire aux savoirs.


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 février 21:02

    @pipiou


    Bon tant mieux, mais il me semble bien qu’il sont restés un bon bout de temps sans formation du tout. J’espère qu’on en est revenu à la formation sur le tas avec un tuteur ou une tutrice et à la didactique de la discipline et qu’on ne les oblige plus à se farcir l’idéologie pédagogiste.


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 février 20:56

    l’exemple cet état d’esprit à mes différents groupes d’auditeurs/apprenants, que ce soit d’étudiants des 1r et 2d cycles, des doctorants ou des cadres expérimentés de haut niveau d’ingénierie et de management.


    Votre méthode est applicable à des adultes en cycle universitaire, mais pas à des élèves de primaire ou de collège.




  • Robin Guilloux Robin Guilloux 19 février 20:53

    @Jean Roque


    Oui, mais apparemment le nombre de commentaire est un critère de visibilité. On en conclut que plus un article est nul, et plus il est visible ! (ceci dit, vous aurez sans doute remarqué que plus de la moitié des commentaires ne parlent pas de l’article). 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès